Session du Conseil départemental, décembre 2019

Session du Conseil départemental, décembre 2019

En session du Conseil départemental, les élus du groupe de l’Union de la Droite et du Centre sont intervenus pour faire part de leur approbation, de leurs interrogations et lorsque cela était nécessaire, de leur opposition. 

La majorité départementale a décidé la mise en place d’un budget participatif à destination des jeunes de 11 à 25 ans. 100000 euros pour 2020. “Les projets devront relever des compétences du Département et émarger à des dépenses d’investissement. Une attention particulière sera portée aux idées éco-citoyennes. Seuls les jeunes à titre individuel ou les collectifs de jeunes (non constitués en association sauf juniors associations) pourront déposer une idée” expose le rapport examiné en session du vendredi 20 décembre. “La sélection de tous les projets lauréats sera issue du vote des jeunes” est-il encore précisé. Mais, et c’est là que le bât blesse, seuls les jeunes  de 11 à 25 ans des territoires des Pays de Brocéliande et Redon Vallons sont éligibles, alors même que tous les jeunes d’Ille-et-Vilaine pourront voter sur les projets retenus ! “C’est parfaitement inéquitable” s’est exprimé Isabelle Le Callennec qui a demandé que l’expérimentation s’applique à tous les jeunes du Département. Son amendement a été rejeté par la majorité. Egalité des chances…

Face à la précarité des étudiants, le Conseiller départemental Yvon Mellet a dépose un voeu pour que des mesures concrètes et rapides soient prises pour permettre aux étudiants de suivre sereinement leur cursus en effaçant les barrières socio-économiques encore trop prégnantes aujourd’hui. Voté par les 22 élus du groupe de l’Union de la Droite et du Centre, ce voeu a été rejeté par la majorité qui a refusé le principe d’une rémunération des étudiants. 

Marie Daugan, Conseillère départementale a quant à elle déposé une proposition relative à l’acquisition du savoir-nager, priorité nationale qui correspond à une maîtrise du milieu aquatique. C’est un objectif des classes de CM1, CM2 et 6èmePour favoriser l’égalité des chances entre les jeunes collégiens sur l’ensemble du département, Marie Daugan a proposé qu’une dotation ciblée visant à prendre en charge les coûts des déplacements des jeunes collégiens vers les piscines soit mise en place lorsque celles-ci sont situées à plus de 5 kilomètres de l’établissement. Proposition rejetée par la majorité départementale. 

 Les élus se sont abstenus ou ont voté contre plusieurs rapports. Des élus du groupe se sont notamment abstenus sur le Plan Départemental de l’Habitat (PDH). Celui-ci s’articule autour d’une offre diversifiée dans tous les territoires, une priorité à la dynamisation des centres-bourgs et centres-villes pour maîtriser l’empreinte environnementale, une mise en réseau pour partager les expériences et soutenir les politiques de l’habitat et une cohésion territoriale assise sur un réseau de polarités structurées. Sur ce dernier point, les élus ont fait part de leur inquiétude quant au devenir des petites communes alors que la priorité dans la construction de nouveaux logements sera donnée aux communes assurant des fonctions de centralité. Ils sont aussi intervenus sur l’estimation en besoin de logements, pas toujours en phase avec la volonté des acteurs locaux. Pour exemple, le SCOT de Fougères vise un besoin annuel en logements de 500 à 600 alors que le PDH ne table que sur 200 à 300. 

 Enfin, les élus du groupe de l’Union de la Droite et du Centre ont posé 3 questions orales. 

La première était relative aux inquiétudes des assistantes maternelles, appelées à faire grève pour dénoncer la volonté du gouvernement de les contraindre à s’enregistrer sur le site de la caisse nationale d’allocations familiales, Monenfant.fr. Les assistantes maternelles qui le refuseraient pourraient perdre leur agrément. 

 La seconde question était sur la réalisation des enduits superficiels suite à la volonté de la majorité de confier 1/3 de l’activité des enduits aux entreprises privées et les inquiétudes exprimées par les syndicats. 

La dernière question concernait les plans d’aide APA. Nombre de plans d’aide ne sont pas honorés ou que partiellement du fait du manque de services et de salariés dans le secteur des services à la personne. Le groupe s’est interrogé sur les orientations du Conseil départemental face à ce constat préoccupant pour les concitoyens âgés et/ou en situation de handicap.