La légitimité des conseillers départementaux remise en cause

20160427_120552Par courrier du 14 avril, le Président Chenut a informé les conseillers départementaux de l’installation, dans les 7 agences départementales, d’un groupe « exécutif » composé de quatre élus issus uniquement de la majorité.

Le groupe de l’Union de la Droite et du Centre dénonce ce qui équivaut à disqualifier et mettre sous tutelle le travail quotidien effectué par les conseillers départementaux, acteurs de terrain, légitimement élus par les citoyens.

Depuis son élection à la présidence, M.Chenut prétend pourtant pratiquer la démocratie participative. Il cherche plutôt à contourner le choix des habitants d’Ille-et-Vilaine et donne le sentiment de faire des agences départementales un outil de propagande politique plutôt qu’un lieu de services aux publics.

Afin de dénoncer cette situation, les conseillers départementaux de la minorité n’ont pas participé à l’inauguration du nouveau Centre Départemental d’Action Sociale du pays de Vitré le 26 avril dernierIls précisent que cette démarche n’est en rien dirigée contre les agents des services du Département avec lesquels ils oeuvrent au quotidien  et travaillent en bonne intelligence en faveur des habitants du territoire. Allocation Personnalisée d’Autonomie,  Protection Maternelle et Infantile,  Protection de l’Enfance, infrastructures routières, déploiement du très haut débit, travaux dans les collèges… autant de sujets majeurs sur lesquels les conseillers départementaux de la droite et du centre souhaitent travailler dans leurs cantons en lien notamment avec les CDAS.

« Si ces groupes exécutifs d’agences doivent être mis en place, nous demandons qu’ils soient composés de conseillers départementaux élus sur leurs territoires, qu’ils connaissent et pour lesquels ils s’investissent au quotidien » déclare Isabelle Le Callennec, Présidente du groupe.

 

Lettre aux élus du département d’Ille-et-Vilaine n°1

LAE1-150Elus en mars 2015, nous souhaitons, grâce à cette lettre périodique, vous rendre compte de notre action départementale. Nous intervenons lors des commissions et sessions où nous nous exprimons à travers nos prises de positions, nos propositions et nos votes.

Notre priorité reste la solidarité sociale et territoriale.

Acteurs de terrain, à l’écoute de tous, nous avons la volonté d’agir concrètement et remplissons notre rôle dans un esprit constructif et vigilant.

Isabelle Le Callennec, Présidente du groupe

Lettre aux élus n°1 mars 2016

Budget primitif 2016 : contre la hausse des impôts !

Assemblee marianneLes 23-24-25 mars, le Conseil départemental examinait son budget. Il s’élève à 1,047 milliard d’euros.

Par comparaison, la Région Bretagne, c’est 1,29 milliard et Rennes métropole, 853,83 millions. Par rapport à 2015, ce sont 27 millions de dépenses de fonctionnement en plus et 19 millions de recettes en moins, les recettes ayant été amputées de 15,4 millions suite aux décisions du Gouvernement de baisser drastiquement les dotations aux collectivités. La majorité socialiste nous a présenté un budget 2016 sans que nous ayons connaissance du réalisé 2015 ni du recueil récapitulatif des subventions aux associations. Nous avons pointé le coût de sortie des emprunts toxiques contractés il y a 10 ans.

Communiqué : Notre-Dame-des-Landes, l’Ille-et-Vilaine doit pouvoir s’exprimer

flickr cc mdv avionLe groupe de l’Union de la Droite et du Centre du Conseil départemental réagit à la consultation sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : l’Ille-et-Vilaine doit pouvoir voter. Le Premier ministre a confirmé que la consultation aura lieu avant l’été et que seuls les habitants de Loire-Atlantique pourront se prononcer par référendum.

L’Etat, par la voix du président de la République et du Premier ministre, en décidant d’un référendum d’initiative locale sur une décision qu’il a lui-même entérinée, est totalement décrédibilisé. Les voix sont discordantes au sein du Gouvernement. Les élus de la majorité présidentielle (PS, écologistes) sont divisés. Si le référendum, malgré un fondement juridique plus que discutable, devait être organisé, la cohérence voudrait qu’il le soit à l’échelle des 22 collectivités membres du syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest, qu’elles aient accepté de participer directement ou indirectement (études, infrastructures…) au financement de l’aéroport.

BP 2016 : année du renoncement pour la majorité

Assemblee marianneLes conseillers départementaux étaient réunis les 28 et 29 janvier derniers pour examiner les orientations budgétaires du Département.

Le groupe Union de la Droite et du Centre ne partage pas les choix de la majorité socialiste du Département.

Communiqué : Réunion du 8 janvier 2016, « un constat sans surprise »

16-01-11 OF Session pv constat sans surpriseLe Président nous a présenté les principaux indicateurs d’évolution tendancielle de recettes et de dépenses prévisionnelles pour 2016. Constat sans surprise : baisse des dotations de l’Etat et hausse des dépenses sociales, dans un contexte rendu plus difficile encore par la mise en œuvre de la loi qui transfère des compétences du Département à la Métropole et à la Région et alors que la reprise économique se fait toujours attendre. Et pourtant, beaucoup de promesses ont été faites avant les élections ! Il nous a déclaré vouloir présenter un budget en équilibre et sincère fin mars, après avoir rencontré les partenaires privés et publics du Département. Sont envisagées des coupes dans les dépenses (mais lesquelles et où ?) et une hausse de la fiscalité. Notre groupe sera attentif aux choix qui seront présentés au cours du débat d’orientations budgétaires fin janvier. Les résultats des dernières élections ont traduit du désarroi dans des territoires qui se sentent oubliés. Nous veillerons à ce que les choix de la majorité garantissent la cohésion sociale et n’accentuent pas la perception d’une fracture territoriale.