Ligne Rennes-Châteaubriant : alerte

A la lecture du rapport Spinetta, Isabelle Le Callennec, Présidente du groupe de l’Union de la Droite et du Centre au Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine s’interroge sur le devenir de la ligne Rennes-Châteaubriant. Pour mémoire, dans le contrat de plan Etat-Région 2015-2020, l’Etat s’est engagé à verser 8 millions d’euros pour la remise à niveau de la voie, soit 20% du coût total.

Monique Sockath, Conseillère départementale du canton de La Guerche-Retiers s’inquiète : « de nombreux usagers se déplacent en train pour aller travailler, étudier, nous nous mobilisons depuis des mois pour la sauvegarde et l’amélioration de cette voie qui passe notamment par une contribution financière du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine ».

Pour Aymeric Massiet du Biest, également Conseiller départemental de ce cphoto gare de Retiersanton, « cette ligne est essentielle pour le développement économique et démographique du Pays de la Roche aux Fées, la fermeture de ce tronçon ferroviaire serait un terrible message envoyé aux communes rurales déjà confrontées à la fracture territoriale. De plus, promouvoir le développement durable passe indéniablement par la modernisation des chemins de fer déjà existants. Soyons cohérents et respectueux de l’environnement et des territoires ».

 

Sécurité routière : la prévention, encore et toujours !

photo accident de voiture (2) 

Le bilan de l’accidentologie routière en 2017 en Ille-et-Vilaine n’est pas bon.

54 personnes ont été tuées sur les routes du département, soit le même nombre que l’année dernière. L’alcool et la drogue sont la cause d’un tiers des accidents mortels (deux fois plus d’accidents liés au mélange alcool/stupéfiants qu’en 2016). La vitesse est à l’origine de la mort de 8 personnes soit quatre fois plus que l’année dernière. 46.5% des accidents ont lieu sur le trajet domicile- travail. Les jeunes (10% de la population) sont impliqués dans 37% des accidents.

Et les hommes représentent 83% des décès. L’arrondissement de Fougères- Vitré subit une forte hausse de la mortalité avec 7 personnes décédées  de plus que l’année dernière, soit près du quart des tués du département. La prévention des conduites à risque que sont l’alcool, les stupéfiants ou l’usage du téléphone portable doit s’amplifier, d’abord dans les familles qui sont les premières victimes de ces drames mais aussi auprès de toutes les personnes susceptibles de mettre leur vie et celle des autres en danger.  La prévention ne suffisant manifestement pas, la répression et la sanction doivent s’appliquer.

 

 

Les élus UDC à la réunion des maires du département le samedi 17 février

photo réunion des maires fév 2018Les élus du groupe étaient présents samedi matin 17 février à la réunion des maires au Conseil départemental.

A l’ordre du jour: le budget, le déploiement du très haut débit, les missions du Service Départemental d’Incendie et de Secours et le développement du volontariat… Parmi les questions des élus, celle d’Isabelle Le Callennec sur les risques (ou pas) de fermetures d’écoles dans les communes rurales d’Ille-et-Vilaine. Vigilance..

Sur la photo ( de gauche à droite) ;

Marie Daugan, Louis Pautrel, Isabelle Le Callennec, Monique Sockath  (absentes sur la photo et présentes à la réunion, Nadine Dréan et Anne Le Gagne)

Très Haut Débit : la fracture territoriale est en marche

photo ordi

« Dans un courrier du 8 février 2018, nous apprenons avec consternation que le projet Bretagne Très Haut Débit (BTHD) prend toujours plus de retard. En effet, le Président de  Région et de Mégalis Bretagne (syndicat mixte chargé de l’aménagement numérique du territoire), Loïg CHESNAIS-GIRARD, nous informe que tous les foyers, entreprises et sites publics bretons, ne seront pas raccordés au haut débit à l’issue de la phase 2, en 2023 » expose Aude de la Vergne, représentante du groupe de la droite et du centre à Mégalis.

Cet aveu nous préoccupe d’autant plus que la phase 1 de BTHD ne tient déjà  pas les délais pourtant annoncés. Malgré les alternatives supposées, nous nous inquiétons pour les territoires qui ne seront toujours pas desservis alors que l’accès au réseau haut débit est perçu comme la deuxième priorité des Français après l’aide au commerce et à l’artisanat pour l’avenir du monde rural (enquête IFOP sur les fractures françaises du 20 septembre 2017). Quel avenir en effet pour les communes qui rencontrent déjà des difficultés pour attirer entreprises ou jeunes ménages et à l’heure où des fermetures de classes sont annoncées en zone rurale, malgré les promesses du Président de la République ? « Avec ce nouveau retard, la fracture territoriale est en marche, y compris en Ille-et- Vilaine », commente le groupe de la droite et du centre au Conseil départemental.

 

session du 25 janvier 2018: l’UDC dénonce une hausse constante des dépenses de fonctionnement et une nouvelle augmentation de la taxe sur le foncier bâti

photo session 25 janvier 2018En ouverture de la session consacrée aux Orientations Budgétaires, les élus de l’Union de la Droite et du Centre ont redit leurs inquiétudes.

La hausse constante des dépenses de fonctionnement ces dernières années (11% entre 2013 et 2016) met le Département dans une situation difficile face à la contrainte imposée par le Gouvernement de ne pas les augmenter de plus d’1,2%.

Conséquence : l’exécutif départemental commence à préparer les habitants à plusieurs décisions contenues dans le dossier de presse de la majorité socialiste et radicale de gauche : baisse du taux directeur des établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées, nouvelle hausse de la taxe sur le foncier bâti d’ 1 point qui touche les entreprises et les propriétaires, baisse des investissements consacrés aux routes…

Les élus UDC se sont par ailleurs inquiétés de la situation relative aux mineurs étrangers. Ils ont insisté pour que l’Etat prenne en charge les frais inhérents à la phase d’évaluation de la minorité des jeunes se déclarant mineurs, leur accueil et leur hébergement ; le Département se recentrerait alors sur ses compétences de protection de l’enfance, mais seulement une fois les jeunes reconnus mineurs. Si l’Etat ne prend pas cette charge à son compte, étant donnée l’augmentation des mineurs accueillis sur le territoire (plus de 500 à ce jour), le surcoût s’élèverait à 6 millions d’euros.

Par ailleurs, Yvon Mellet, conseiller départemental UDC de Bain-de-Bretagne, a regretté l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, « un déni de démocratie » et s’est interrogé sur les conséquences sur le projet Liaisons Nouvelles Ouest Bretagne Pays de la Loire.

D’autre part,  les élus UDC ont pris part à l’élaboration d’un vœu du Conseil départemental, en lien avec la Région, concernant la  modernisation et la simplification de la Politique Agricole Commune. Compte-tenu de l’importance de l’agriculture et de la filière agroalimentaire en Ille-et-Vilaine, le Département  demande notamment que le budget consacré à la PAC soit maintenu et pluriannualisé et que les aides publiques soient réparties plus équitablement dans un contexte budgétaire contraint.

Enfin, le groupe a posé une question concernant les EHPAD :

« Des responsables de maisons de retraite du département expriment régulièrement leur difficulté à trouver du personnel. Pour la seule association Cepa 35, 23 postes seraient à pourvoir ; au vu du taux de fréquentation faible des centres de formation spécialisés (70%), les difficultés risquent de demeurer. Cette pénurie affecte ou risque d’affecter les conditions de travail des soignants et la qualité de service rendu aux résidents. Une promotion des métiers et un travail avec l’ensemble des partenaires du secteur de la santé semblent primordiaux.

Le Département compte-t-il agir en ce sens ? Si oui, de quelle façon ? »

Plus qu’une semaine pour s’inscrire au concours « Je filme le métier qui me plaît »

photo je filme le métier qui me plait

Sous le haut patronage de l’Education Nationale, ce concours, s’adressant aux collégiens, lycéens et étudiants, leur propose de réaliser un reportage vidéo présentant un métier.

Si vous êtes intéressés, cliquez sur le lien ci-dessous ou contactez Anne Fournier au 01 47 01 34 52    afournier@euro-france.tv

 

 

http://www.jefilmelemetierquimeplait.tv/

Heureuse année 2018 à chacune et chacun d’entre vous

Les élus de l’Union de la Droite et du Centre vous présentent leurs meilleurs vœux

 

De gauche à droite sur la photo : Pierre-Yves Mahieu (Saint-Malo 1), Aymeric Massiet du Biest (La Guerche-de-Bretagne), Anne Le Gagne (Saint-Malo 1), Aude de la Vergne (Châteaugiron), Aymar de Gouvion Saint Cyr (Antrain), Laëtitia Meignan (Antrain), Louis Pautrel (Fougères 2), Frédérique Miramont (Fougères 1), Agnès Toutant (Dol-de-Bretagne), Louis Hubert (Châteaugiron), Isabelle Le Callennec (Vitré), Thierry Benoit (Fougères1), Jean-Luc Bourgeaux (Dol-de-Bretagne), Isabelle Biard (Fougères 2), Nicolas Belloir (Saint-Malo 2), Sophie Guyon (Saint-Malo 2), Pierre Guitton (Montauban-de-Bretagne), Thierry Travers (Vitré), Marie Daugan (Montauban-de-Bretagne), Nadine Dréan (Bain-de-Bretagne), Yvon Mellet (Bain-de-Bretagne), Monique Sockath (La Guerche-de-Bretagne)

photo groupe UDC

session des 14 et 15 décembre; les interventions des élus (aéroport NDDL, resectorisation collèges rennais…)

photo Th Benoit

En ouverture du second jour de session le vendredi 15 décembre, Thierry BENOIT, Député, Conseiller départemental de Fougères 1,  au nom des élus de l’Union de la Droite et du Centre, a demandé à Jean-Luc CHENUT de conduire une action coordonnée  avec les autres Présidents  de Région et Départements de l’Ouest, auprès du Président de la République, en faveur de l’aéroport de Notre- Dame- des- Landes, qui représente un enjeu économique  majeur pour le développement de nos territoires.

 

Dans le domaine de l’éducation, les élus UDC, s’ils approuvent la reconstruction du collège de Melesse et la rénovation avec extension de celui de Saint-Aubin- d’Aubigné, ils  ont voté contre la resectorisation des collèges rennais.Photo Isabelle Biard

Ils ont expliqué qu’il n’y avait pas eu assez d’échanges en amont, que les délais avaient été trop courts pour appréhender ces changements, (Isabelle BIARD ci-dessus) et que les collégiens de Chantepie, qui devront quitter le collège du Landry (avec lequel ils ont une longue histoire commune) pour se rendre à celui  des Hautes-Ourmes, auraient un temps de transport multiplié par deux (Thierry BENOIT).

 

Réunion des maires du canton de La Guerche-de-Bretagne

photo reunion-canton-laguerche-dec2017 

 Aymeric MASSIET du BIEST et Monique SOCKATH (à droite sur la photo), Conseillers départementaux d’Ille-et-Vilaine (canton de La Guerche-de-Bretagne – 31 communes), ont réuni le mardi 12 décembre à Bais les maires du canton. Après « l’organisation du département et du canton » et après « l’action sociale », cette réunion, qui a rassemblé une trentaine d’élus, avait pour thème « la voirie », une autre compétence obligatoire du Département. Ce dernier intervient sur l’ensemble de son réseau routier et en soutien des communes : opérations de sécurité, aménagement (la 2×2 voies Retiers – Martigné-Ferchaud, rocade de La Guerche – Rannée…), modernisation des routes, ingénierie…. Le réseau routier du canton de La Guerche-de-Bretagne représente 511 kilomètres ! La voirie est un sujet essentiel pour la sécurité, la mobilité, le désenclavement et l’attractivité de nos territoires dans le respect de l’environnement. Ce réseau est bon mais doit continuer à être constamment entretenu, modernisé et sécurisé dans un contexte budgétaire contraint.

 

Revenu de base : oui…au débat !

Est-il encore autorisé de penser différemment et de s’exprimer librement ? Apparemment non à en juger par la réaction du Président du Conseil départemental aux interrogations de notre groupe sur le bien-fondé de son initiative personnelle quant au test du « revenu de base » en Ille et Vilaine. N’avons-nous pas le droit 1/ de regretter d’apprendre cette nouvelle par la presse sans en avoir débattu au Conseil départemental 2/ de rappeler le coût d’une énième étude sur une idée largement inspirée du revenu minimum universel  3/d’insister pour que notre Département aient d’autres priorités, à commencer par assumer toujours plus efficacement, dans le contexte budgétaire actuel, ses compétences en matière sociale ?

Le Président Chenut compare l’expérimentation « revenu de base » avec celle du « territoire zéro chômeur ». C’est une erreur car il y a une vraie différence d’approche. « Territoire zéro chômeur » a été porté par des associations caritatives, est expérimenté dans des territoires de toutes sensibilités politiques et a fait l’objet d’une proposition de loi votée à l’unanimité ; j’étais oratrice du groupe pour les Républicains à l’Assemblée nationale et je l’ai votée, cohérente avec mes convictions d’une Droite sociale. Le « revenu de base » quant à lui ne semble pas avoir les faveurs du Président de la République qui lors d’un meeting à Lyon en février dernier osait dire : « le revenu universel existe déjà, c’est le RSA… je m’oppose à un projet qui fait la promesse à chacun de vivre de l’oisiveté subie ou choisie ».

Quant à l’attaque bien peu courtoise, ad hominem  (ou plutôt ad feminam), du Président à mon égard, elle a pour but de diviser les élus de la Droite et du Centre, dont l’unité reste pour moi le véritable rempart aux thèses des extrêmes, de droite comme de gauche.